apprendre-avec-son-telephone-mobile-est-ce-vraiment-serieux

APPRENDRE AVEC SON TELEPHONE MOBILE, EST-CE VRAIMENT SERIEUX ?

La formation évolue avec son temps et offre aujourd’hui une place prépondérante au digital learning. Le mix ou blended learning combinant formation distancielle et présentielle s’impose petit à petit. De nouvelles façon de se former apparaissent. On peut alors se demander si apprendre avec son téléphone mobile est vraiment sérieux ?

Avec la crise sanitaire, l’apprentissage distanciel s’est accéléré. Des millions d’élèves et d’actifs ont été contraints de revoir leurs modalités de formation en utilisant l’ensemble des supports numériques à disposition (ordinateurs, tablettes, smartphones) pour assurer la continuité pédagogique de leurs apprentissages.

La révolution digitale transforme en profondeur le monde de la formation. L’adoption des nouveaux usages semble acquise et de nouveaux modes d’apprentissages se développent. Le cas du mobile learning est à ce titre probant puisqu’il répond à de nombreux enjeux.

L’apprentissage doit-il toujours être sérieux ?

On entend parfois qu’apprendre sur son téléphone mobile ne serait pas sérieux. Mais de quoi parle-t-on ? L’apprentissage c’est avant tout l’acquisition de compétences (savoir, savoir-être et savoir-faire). Qu’est-ce qu’apprendre sérieusement : avec motivation, avec attention, avec assiduité ? Si apprendre c’est atteindre des objectifs de « savoirs » et en faire quelque chose, alors on pourrait dire que peu importe les moyens si le but est atteint. L’apprentissage doit donc avant tout être efficace. Faut-il pour autant avoir l’air sérieux pour être efficace ?

Si l’on observe le développement humain, de très nombreuses compétences s’acquirent dès la plus tendre enfance…grâce aux jeux. Pourtant, plus l’humain grandit, plus le ludique fait place à l’académique. Il est rare d’entendre parler d’activités pédagogiques ludiques pour des étudiants ou des actifs en formation professionnelle.

Depuis l’antiquité, l’apprentissage se pratique sous une forme académique, transmis dans le cadre de cours magistraux. L’écriture est apparue au Ve siècle avant JC et c’est au siècle suivant que le monde grec passe de l’enseignement oral à l’écrit. Socrate n’approuvait pas l’écriture, qui d’après lui, distrayait la mémoire et la faisait disparaître. Il pensait que l’écriture sonnait la fin de l’apprentissage des connaissances !

La civilisation de l’écrit a ensuite été dominante pendant plus de 2 500 ans. Après l’écriture, puis l’imprimerie, nous assistons aujourd’hui à une nouvelle (r)évolution. En moins de 20 ans, internet et les nouvelles technologies sont venus modifier en profondeur tous les aspects de notre vie.

Que nous disent les neurosciences sur l’apprentissage ?

Les recherches en neurosciences cognitives ont permis de découvrir quatre facteurs qui définissent la rapidité et la facilité d’apprentissage :

  • L’attention
  • L’engagement actif
  • Le retour d’information
  • La consolidation

L’attention

Notre attention dépasse rarement 20 minutes d’affilée. Au-delà de ce délai, nous décrochons et perdons notre concentration fondamentale pour l’apprentissage.

L’engagement actif

Apprendre efficacement, c’est repousser la passivité.

Les études scientifiques montrent que l’action (tests, exercices, mise en pratique…) permet une bien meilleure mémorisation que l’étude passive. Nous retenons au maximum 20% de ce que nous entendons (cours magistral). Ce sont l’action, les tests et la répétition qui nous permettent de mémoriser nos savoirs.

Le retour d’information (sur erreur)

L’erreur ou l’incertitude sont indispensables à l’apprentissage.

« La qualité et la précision du retour que nous recevons déterminent la rapidité avec laquelle nous apprenons […] » Lors d’un test, d’une évaluation un retour d’information précis et rapide nous permet de progresser mieux et plus vite.

L’imagerie cérébrale prouve qu’une alternance des périodes d’apprentissages, d’études et de tests à intervalles espacés permet de multiplier par 3 la mémorisation.

La consolidation

Notre cerveau apprend en permanence. Afin d’intégrer pleinement nos compétences nous devons les automatiser. C’est-à-dire que nous devons passer d’un traitement conscient à un effort inconscient. Cette capacité nous permet de gagner du temps !

« Consolider un apprentissage, c’est rendre les ressources du cerveau disponibles pour d’autres objectifs. »

Stanislas Dehaene, neuroscientifique professeur au Collège de France.
Cerveaux, les 4 piliers de l’apprentissage

Se former avec un outil incontournable du quotidien

Nous consultons notre smartphone environ 220 fois par jour ! Il est aujourd’hui l’outil incontournable de chacun.e d’entre nous.

Acquérir des compétences à travers des objectifs pédagogiques précis, mesurables et réalisables pourrait être une bonne définition de l’apprentissage. Alors pourquoi ne pas apprendre avec l’objet incontournable du quotidien d’autant qu’il peut devenir un véritable assistant personnel de formation !

Suite aux différentes avancées des neurosciences et des nouvelles technologies, une nouvelle façon d’appréhender la formation est apparue : le microlearning (en anglais, learning nuggets). Les formations sont restructurées pour mieux répondre au fonctionnement de notre cerveau, tout en prenant en compte nos nouveaux usages quotidiens. Constituées de phases d’apprentissage courtes et variées, elles intègrent le retour sur information (exercices, tests, expérimentation, gamification, etc.) et la consolidation.

Le smartphone est donc un support tout à fait adapté (idéal) pour proposer ces cycles de formations courts, gamifiés et consolidés. C’est en pratiquant et en étant mis en situation que nous optimisons notre apprentissage.

Le téléphone mobile est donc un outil réellement sérieux pour apprendre en phase avec nos usages. Ce constat est par ailleurs confirmé par les résultats des recherches en neurosciences cognitives.

Pour résumer

Apprendre avec son téléphone mobile est-ce sérieux ? Doit-on juger de modes d’apprentissage qui seraient sérieux et d’autres pas ? Ce qui semble sérieux, c’est la satisfaction de l’apprenant d’avoir appris, acquis de nouvelles compétences, et atteint des objectifs mesurables de « savoirs ». Il y a donc de nombreuses façons d’apprendre et certaines se révèlent plus efficaces que d’autres, plus adaptées au mode de fonctionnement de notre cerveau. Quant au sérieux…

Les résultats des recherches en neuroscience sur l’apprentissage sont clairs.  Des cycles d’apprentissage courts, variés et engageants permettent d’augmenter fortement la mémorisation (jusqu’à un facteur 3 !).

Le téléphone mobile correspond aux usages des apprenants d’aujourd’hui. Il donne de très bons résultats lorsque l’on créé des formations reprenant les enseignements des recherches en neurosciences. On peut le considérer comme un véritable assistant de formation.

Appelez-nous pour échangez sur vos projets de formation mobile :)

06 88 07 14 97